Sports de haut niveau, croyances alimentaires et risque de TCA !

Dans cet article, je commencerai par des données d’ordre général pour ensuite faire l’une ou l’autre distinction selon le type de sport pratiqué.

Les personnes passionnées de sport, vont souvent adopter une alimentation qui sera influencée par différents facteurs :

  • L’éducation bien sûr : si le sport a débuté en bas âge, les croyances véhiculées par les parents peuvent jouer : « Si tu veux être un champion, il faut manger ceci ou cela … »
  • Les conseils des coachs ou entraîneurs : ceux-ci seront souvent pris comme étant paroles de l’évangile. L’entraîneur sera perçu comme celui qui sait ce qu’il faut manger pour réussir.
  • Les succès et les échecs : Une réussite pour rendre un aliment  magique, un échec peut rendre un aliment maudit. Ainsi naissent de nouvelles croyances alimentaires…
  • Le type de sport : sports à critères esthétiques et nécessitant un poids léger, sports à prise de masse, sports à catégorie de poids …

Voyons ce dernier point plus en profondeur

Sports à poids léger et/ou à critères esthétiques

Ex : Danse classique, gymnastique, jockey, natation, gymnastique, course à pied, ski de fond…
Mais aussi : certaines catégories dans le judo, la boxe, la lutte…

L’objectif étant de rester à un poids assez faible, la personne court le risque d’avoir des apports énergétiques insuffisants et ce d’autant plus que l’alimentation visera à réduire au maximum la masse grasse. L’individu côtoie ainsi le danger des régimes draconiens afin de rester à un poids souvent précis.
On comprendra aisément que toute une série d’aliments seront associés à l’idée que c’est mauvais pour la ligne :

  • Certains banniront les viandes
  • D’autres regarderont les féculents avec une grande méfiance
  • Les corps gras et les produits sucrés seront tous honnis
  • Certains ne verront que par les fruits, d’autres que par les légumes…
  • Certaines textures seront assimilées à des produits dangereux pour la silhouette : les petits pois, la banane…de part leur structure plus pâteuse seront mis de côté comme faisant trop grossir

Les aliments perçus comme faisant gonfler seront également évités même s’ils ont une faible teneur en calories (cf. quinoa, semoule, lentilles…)

Pour rappel, aucun aliment en soi ne fait grossir : tous ont leur place dans notre alimentation même les corps gras ou les glucides. Tout est une question de proportion !!

Certains sportifs vivent tellement dans la hantise d’un gramme pris, qu’en plus de courir le risque d’avoir des troubles du comportement alimentaire et des carences, ils ont recours à des substances ou des stratégies particulièrement toxiques pour l’organisme.

Prenons par exemple :

  • La course à la perte hydrique (perte en eau) : boire le moins possible, prendre des diurétiques, aller au sauna de façon excessive…
  • Le jeune pendant plusieurs jours
  • La prise de laxatifs, d’amphétamines ou encore de médicaments donnés aux personnes obèses pour maigrir.

Inutiles d’ajouter qu’en plus d’être dommageables, ces techniques entraineront tôt ou tard une diminution des performances…La boucle est bouclée !

Sports demandant une prise de masse

Ex : musculation, sport de combat, culturisme…

Quels risques prennent les personnes adeptes de ce type d’activité ?

Nombre d’entre eux tomberont dans la consommation excessive de compléments alimentaires (vitamines, protéines…)

Dans certains pays, on peut retrouver sous cette dénomination des hormones de croissance, de la DHEA, et autres hormones

Toutes ces substances seront vendues comme procurant la toute puissance et une performance hors paire

Ici, ce sont d’une part les coachs sportifs qui vont influencer l’individu mais aussi et surtout le marketing des produits présents sur le marché.

« Pour plus de force…prenez plus de poudre de protéine…plus de vitamines ADEK…plus de glucides… »

Même la concentration du produit va jouer : plus il sera hyper concentré, plus la croyance en sa puissance sera forte !

Alors bien sûr que les apports doivent être accrus pour ces catégories sportives, évidemment que les vitamines, les minéraux, les glucides, les lipides et les protéines doivent être plus conséquents que pour un individu lambda mais ce n’est pas pour cela qu’il faut dépasser le seuil de saturation de notre organisme !

En excès, ces substances peuvent parfois avoir des effets inverses à ceux recherchés  (ainsi trop de protéines peut entraîner une mise en réserve sous formes de tissus adipeux) !
Et gare aux diarrhées ou crampes abdominales lors d’une consommation excessive de boissons énergétiques !
Un dépassement des limites peut être toxique et générer de nombreuses inflammations

Conclusion

Gardez la raison et veillez à un bon équilibre de vie ! Aucun aliment n’est synonyme de victoire ou de défaite. Il n’y a pas de régime miracle, laissez vous guider par une alimentation certes saine mais aussi variée et agréable. Rappelez-vous, avec trop de restrictions, vous courrez le risque de compulsions par la suite.

Soignez votre corps avec douceur, bienveillance et dans le plaisir

Envie de laisser un commentaire, de poser une question ? N’hésitez pas J

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer